africa_728x90

• Le stage de préparation de la sélection nationale du Cameroun pour le Mondial 2014 aura laissé entrevoir de belles promesses pour son avenir. Un futur qui sera amorcé dans les tous prochains jours au Brésil.


Le PM Philemon Yang au stade Ahmadou Ahidjo samedi pourlarencontre Cameroun-Moldavie © CFB/Vincent Kamto

Confirmant les qualités qu'elle avait laissé entrevoir lors de l'ultime match de qualification, elle aura montré qu'elle peut à nouveau rivaliser avec les meilleures. Le match contre l'Allemagne, bien qu'il soit amical, en est la parfaite illustration.

Cette confirmation, perçue lors de matches sans véritables enjeux, aura permis aux inconditionnels des Lions - hier encore, patraques - de redécouvrir avec bonheur une équipe capable de porter le ballon. Une équipe apte à faire plus de trois passes. Une sélection dotée d'éléments capables dans certains compartiments de rivaliser avec des adversaires de grande qualité. Sa ligne d'attaque peut être citée en exemple.

Pays où d'ordinaire rien ne se fait comme ailleurs, le Cameroun aura lors de la dernière phase de préparation offert au monde un folklore de qualité discutable et potentiellement nuisible pour les joueurs. Ainsi, on pourra relever dans la kyrielle d'inepties, la sempiternelle question de primes, l'incompréhensible cérémonie de remise de drapeau, les sorties médiatiques inappropriées de joueurs -anciens et actuels - et dans une moindre mesure, l'anoblissement villageois d'un des joueurs sélectionnés pour le Mondial.

Une perception bien particulière de la discipline autour du groupe

Palabreur impénitent, le Camerounais ne profite que très rarement des vertus du silence. Un mutisme qui a pourtant le mérite de permettre à la pensée de mûrir et le moment venu, de s'exprimer de manière cohérente et opportune. C'est fidèle à ce particularisme qu'un joueur non-sélectionné pour Brésil fera une déclaration tout aussi puérile que légère. Un trait de caractère qui contraindra également une ancienne gloire du football à une sortie inutile et pernicieuse compte tenu du timing.

Courroucé par la nomination de l'actuel coach des Lions, il se posera en infatigable chevalier de son éviction. Au prétexte que le Cameroun, compte tenu de son « rang » mériterait un entraîneur de premier ordre, il ne ratera aucune occasion de blâmer son action, que cela soit justifié ou non. Malgré la pertinence de certains de ses arguments, il est surprenant que le professionnel qu'il a été ne pense pas à observer une trêve à quelques jours du mondial. Une attitude qui laisse interrogateur sur ses motivations réelles.

Si son désir d'obtenir ce qu'il se fait de mieux en matière de coaching est légitime, ses déclarations intempestives, à défaut d'être efficientes, ont au moins le mérite de poser la question de l'attrait du pays pour le gratin.

Serait-ce envisageable qu'un entraineur « high-level » prenne en main une sélection dont la liste de joueurs peut être modifiée à tout moment par la seule volonté d'un officiel ? Est-il imaginable pour un « top manager », de diriger la sélection d'un pays dans lequel le principal stade n'est homologué que par une amabilité de la Fifa ?

M'accusera-t-on de mauvaise foi si je me permets de douter de l'arrivée d'un entraîneur capé dans une république où les contrats signés respectent difficilement l'esprit de la lettre. Un État dans lequel un ancien sélectionneur - même à l'article de la mort - doit attendre une intervention « divine » pour percevoir le fruit de son travail. Une « nation » dans laquelle le paiement d'honoraires, négociés à l'avance, peut faire l'objet d'âpres discussions au moment de leurs versements. Une contrée dans laquelle le respect de la parole donnée est plus souvent qu'autrement foulée au pied.

Une préparation optimale selon les standards du pays

Bien que ce type de rendez-vous exige de la sérénité, les dirigeants du football, en « Grands maîtres » ès management, auront persisté à organiser la rencontre « gadget » de bénédiction de la sélection par le peuple. Une onction qui n'aura pourtant jamais permis à l'équipe du Cameroun de sortir de la phase de poule en 2010. Un match douteux sur le plan sportif, mais porteur de moult enseignements sur la gestion du sport dit roi. Une confrontation qui aura permis une fois encore, d'exposer à la face du monde, le grand amateurisme des responsables de ce pays.

Il est difficile de comprendre que la principale préoccupation des autorités soit à l'organisation d'un match de gala alors que, faute d'accord sur la question des primes, la participation de la sélection au mondial est incertaine. Vu sous un autre angle, cette rencontre aura été bénéfique car elle aura permis au peuple de savourer le discrédit d'un gouvernement qui, inlassablement, l'humilie. D'autre part, elle aura démontré que le rapport de force dans l'interminable combat entre dirigeants et sportifs a changé en faveur de ces derniers. In fine, elle aura confirmé dans ce pays, l'incommensurable pouvoir du football, bien que bancal.

Dans le chapitre des primes, on aurait pu comprendre l'agacement de certains compatriotes face aux exigences financières des Lions si autrefois dans ce pays, l'argent destiné au football ne s'était pas donné certaines libertés. Celle par exemple de disparaitre entre deux aéroports comme en 1994.

Dans ce contexte, on conçoit alors aisément que ces sportifs exigent qu'une proportion importante des sommes versées par la Fifa leur revienne plutôt que de finir dans l'escarcelle d'un gang de brigands. Est-on autorisé à faire un « procès en patriotisme » à des jeunes qui, à l'instar du Camerounais Lambda, n'ont jamais su où ont été enterrées les retombées des exploits de leurs prédécesseurs ?

Honteux mercenaires ou héros de la résistance ?

Une gestion professionnelle du football aurait permis de poser un cadre et certains blocages auraient alors été anticipés. On aurait au moment du départ des joueurs pour le Brésil, fait l'économie d'une confrontation saugrenue entre joueurs et dirigeants. Une confrontation de plus. En plus, si au fil des années les fonds générés par le football avaient été alloués à son développement, les footballeurs auraient eu beaucoup de mal à justifier leur requête. On aurait alors été autorisé à les taxer de honteux mercenaires.

Dans la configuration actuelle, il nous apparaît plus juste que les footballeurs, principaux acteurs du football, bénéficient du fruit de leur labeur plutôt qu'il ne revienne aux médiocres qui gravitent autour de la sélection, vraisemblablement dans le but de s'engraisser. Il est par ailleurs surprenant que dans ce pays - à l'arrogance pas toujours justifiée - l'on se targue d'être les détenteurs du record de participation d'une sélection africaine au Mondial alors que l'on ne s'indigne pas outre mesure d'être le champion des aménagements sportifs vétustes.

L'incohérence arrive à son comble au moment où une frange de la population exige plus de patriotisme de la part des footballeurs dans une « nation » où celui des dirigeants se résume principalement à la sophistication des techniques de détournements de toutes sortes.

Plutôt que de les vitupérer, ne devrait-on pas en être fiers ? Fiers de ces jeunes gens qui nous montrent la voie. Ces enfants qui, dans cette république particulière et répressive, n'ont pas manqué l'exceptionnelle opportunité de dire « STOP !!! »

Alain-François Épée

Tags:

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Lions Indomptables : Et si le ridicule était une vertu ?

Lions Indomptables : Et si le ridicule était une vertu ?

• Le stage de préparation de la sélection nationale du Cameroun pour le Mondial 2014 aura laissé entrevoir de belles promesses pour son avenir.... [Lire la suite]

Décès de Théophile Abega : Une étoile dans le ciel, mais alors, quelle étoile !!!

Décès de Théophile Abega : Une étoile dans le ciel, mais alors, quelle étoile !!!

● Footballeur au talent indiscutable, tant pour ses fans que pour ses adversaires, Théophile Abéga aura laissé une empreinte indélébile dans... [Lire la suite]

Cameroun-Cap Vert : L'union sacrée avec les anciens, une plaisanterie de plus...

Cameroun-Cap Vert : L'union sacrée avec les anciens, une plaisanterie de plus...

● En prélude à une rencontre qui, dans une situation ordinaire n'aurait dû être qu'une formalité, le Cameroun - pour éviter une fois de plus... [Lire la suite]

Au cimetière des dinosaures du football africain

Au cimetière des dinosaures du football africain

● Contrairement à ce qui semblait être attendu par une bonne frange de supporters africains, nous assistons à une Coupe d'Afrique des nations de... [Lire la suite]

Emergence d’une étoile et décadence d’un collectif

● On n'en revient toujours pas. Après avoir considérablement usé ses cartouches en raison de ses sempiternelles absurdités, la sélection... [Lire la suite]

Opinion : Roumdé Adjia et après ?

● Boosté par un surprenant capital de confiance acquis après des victoires sur des sélections très moyennes, l'équipe nationale du Cameroun... [Lire la suite]

Lions : Et si cela se présentait plutôt mal ?

● Après le long et obscur feuilleton ayant conduit à la nomination d'un collège d'entraîneurs, l'on serait vraisemblablement entrain d'assister... [Lire la suite]

Enfin nous y voilà !

● Plus d'un mois après la fin de la Coupe du monde, le Cameroun s'est doté d'un sélectionneur ibérique cette fois. Pourquoi pas ? Le processus... [Lire la suite]

L'Afrique du Sud a réussi son pari. Et l'autre Afrique ?

L'Afrique du Sud a réussi son pari. Et l'autre Afrique ?

● La dix-neuvième édition de la Fifa World Cup vient d'entrer dans l'histoire avec son lot d'enseignements. L'Afrique aurait gagné le pari de... [Lire la suite]

Cameroun, qu'as-tu fait de ton football ?

● Après une phase d'écrémage, la Coupe du Monde sud africaine a réellement démarré le 26 juin avec la phase du « one shot deal ». Phase au... [Lire la suite]

Eh bien, dansez maintenant !

● "La foi est la ferme assurance des choses que l'on espère et la démonstration de celle que l'on ne voit pas". Le Cameroun semble s'être... [Lire la suite]

SFR FAI_Box_juin2014_bloc3

FIL TWITTER

● DESTINATION BRÉSIL

TRANSVERSALES

AILLEURS SUR LE WEB

BUSINESS DU FOOT

africa_250x250

COUP-FRANC

LES LIONS AU MONDIAL